Couleurs d’automne au Winkworth arboretum

Hier j’avais une envie folle de couleurs d’automne, surtout après avoir regardé ça. A défaut de pouvoir m’envoler tout de suite pour le Canada , je me suis rabattue sur le Surrey. Je passe ma vie dans le Surrey en ce moment, on ferait peut-être mieux d’y habiter. Nous sommes donc allés nous promener au Winkworth arboretum, un parc qui appartient aujourd’hui au National Trust . Il s’agit d’un terrain vallonné avec de jolis points de vue sur la campagne environnante,  un lac et un charmant hangar à bateau en bois dans lequel on peut se reposer sur de confortables canapés. Ce qui différencie ce parc d’une forêt normale, ce sont les espèces exotiques plantées par un certain Dr Wilfrid Fox en 1938.

Il y avait de belles couleurs mais encore beaucoup de vert donc je suis sûre que ce sera encore plus spectaculaire dans les semaines qui viennent. Dès que le soleil sortait de derrière les nuages, des hordes de photographes se ruaient sur les arbres les plus colorés mais le parc est assez grand pour qu’on ne souffre pas du monde, même un beau dimanche d’automne, même quand le parking est bien rempli.

Il y a trois parcours. Je conseille le rouge, le « challenging walk » qui permet de voir tout le parc (et qui fait 3 km et quelques donc ce n’est quand même pas le challenge du siècle, mais pas mal de marches et de montées et descentes donc à déconseiller aux poussettes).

Winkworth arboretum, Hascombe Road, Godalming, Surrey GU8 4AD
Entrée adulte £ 7,20 – Enfant £ 3,60 – Famille £ 18

Gratuit pour les membres du National Trust (je recommande vivement l’abonnement annuel qui coûte £58 pour une personne ou £98 pour une famille de 4 et vous ouvre les portes de centaines de propriétés dans toute l’Angleterre)

 

Publicités

Randonnée dans le Surrey et visite de Shalford Mill

Quand arrive l’automne, j’aime beaucoup faire cette balade*  dans la campagne. C’est un itinéraire très varié, que nous avons perfectionné et allongé au fil des années ! Parce qu’on aime les dimanches bien remplis !

Vue sur St Martha on the Hill depuis le haras de Lockner Farm

On se gare près de ce joli haras et on continue tout droit vers la forêt en admirant au passage les chevaux dans les prés et en cueillant quelques mûres.

Les chevaux déjà prêts pour l’hiver

Ensuite on passe dire bonjour à nos copains les lamas de cette ferme du Surrey qui propose des randonnées, par exemple le 26 décembre pour Boxing Day !

Les filles espèrent toujours qu’il va leur cracher de l’eau dessus…

On attaque ensuite une bonne petite montée jusqu’à la vieille église St Martha on the Hill

St Martha on the Hill
Et la vue bien méritée

C’est le moment de faire une pause, d’observer les mille-pattes, de lancer des pommes de pin sur ses parents, de prendre quelques photos, au choix…

En redescendant de St Martha vers Guildford

Puis on repart par la forêt et les prés pour arriver à la jolie petite ville de Guildford. Market town typique, avec un château-fort construit par Guillaume le Conquérant et une high street très animée. Parfait pour la pause déjeuner. Par ici pour plus d’infos sur Guildford.

Dans les prés en arrivant à Guildford. Photo de l’année dernière. Fille aînée a bien grandi depuis.
Guildford, son château, sa pelouse so perfect !
La rue principale, pas facile à photographier mais ça vous donne l’idée.

Ensuite on continue la promenade le long de la rivière Wey avec ses pubs et ses péniches

On s’arrêterait bien sur cette terrasse… mais il reste des kilomètres !

 

Péniche à louer pour la journée
Tranquillou
On aime bien regarder le passage des écluses

Puis on quitte la rivière pour rejoindre le hameau de Shalford avec ce moulin du National Trust que je voulais visiter depuis longtemps. Il n’est ouvert que le mercredi et le dimanche, dernière visite à 16h15 en ce moment. Très chouette visite. L’odeur du bois, la vue, la proximité de la rivière donnent au lieu une atmosphère très particulière et on apprend plein de choses sur le fonctionnement d’un moulin. La bénévole qui nous a fait visiter était l’arrière-petite-fille de l’un des derniers meuniers. Aujourd’hui la moitié du moulin est utilisée comme habitation, elle doit avoir un charme fou.

Ce serait trop simple d’ouvrir la porte

 

Shalford Mill
Shalford Mill
La vieille roue à aubes
Le mécanisme est beaucoup plus complexe que je ne pensais, avec ce mât de navire qui traverse les quatre étages du moulin. Magnifique.
Schéma du moulin

Le moulin, désaffecté au début du vingtième siècle était aussi le quartier général d’un mystérieux groupe appelé le Ferguson’s gang dans les années 1920, un groupe de jeunes femmes qui récoltaient des fonds par différentes actions pour sauver certaines propriétés et les donner au National Trust. Elles ont recueilli près d’un demi-million de livres en monnaie actuelle, et sauvé entre autres ce moulin. J’aurais adoré faire partie de ce Club des Cinq pour adultes !

On aperçoit la rivière, The Tillingbourne, par la fenêtre
J’adore aussi les maisons de la campagne environnante.

C’est le moment de rentrer, en passant par des prés, des bois, puis les ruines d’anciens moulins, qui eux ne produisaient pas de la farine mais de la poudre à canon.

Lovely Surrey countryhouse
Gunpowder Mills
Début d’automne, ma saison préférée

Le départ se fait à Chilworth, près de Lockner Farm et la boucle fait à peu près 12 km. Je peux essayer de retrouver l’itinéraire exact si ça intéresse quelqu’un.

* Notons au passage que balade s’écrit avec un L si c’est une promenade et 2l si c’est une chanson. C’était la leçon d’orthographe du jour…

Jolie promenade d’été dans les Chilterns

Pas très loin de Henley on Thames et de Marlow, hauts-lieux de régates sur la Tamise, se trouve un très beau coin du South Buckinghamshire (ou South Bucks). Les Chilterns, petite chaîne de collines classées depuis 1965 comme « area of outstanding beauty » donnent du relief au paysage. Si vous aimez la jolie campagne anglaise, que vous êtes plutôt dans l’ouest de Londres et que vous n’avez pas le temps d’aller jusque dans les Cotswolds, c’est une destination très sympa pour une journée ou un week-end.

Nous avons fait une randonnée autour du village de Hambleden (on peut faire une petite boucle de 2 miles autour du village ou continuer dans la forêt. Le village est tout petit mais adorable et typique. Il a servi au tournage de bon nombre de films, de 101 Dalmatiens à The Avengers en passant par un épisode de Hercule Poirot.

L’itinéraire est très varié, entre prés, villages, forêt, collines, vergers abandonnés, puis bords de Tamise où on peut regarder passer les péniches et se mettre les pieds dans l’eau, une chouette balade. Comme toujours on croise des tas d’animaux, des vaches et des moutons bien sûr, mais aussi cette fois un tas de faisans, ou peut-être plutôt des grouses. Et comme nous sommes gourmands, nous avons fait une petite cueillette de mûres qui nous a donné trois pots de confitures. Qui a dit que l’été était fini ?

Nous avons fait cette balade en juin et en septembre, les photos ci-dessous sont mélangées. Je suis sûre que ça doit être très agréable aussi en automne, pourquoi pas avec un petit arrêt au pub du village, le Stag and Huntsman, qui propose aussi des chambres.

Pour ceux qui voudraient faire la balade,nous avons suivi à peu de choses près cet itinéraire.

Cottage fleuri à Hambleden en juin 2014

 

La même maison en septembre

 

Le lychgate, portail couvert du cimetière. Si vous savez comment ça s’appelle en français, ça m’intéresse !

Un manoir très janeaustenesque

 

Un week-end à Eastbourne

Vous connaissez Brighton ?
Eh bien Eastbourne, sa voisine, c’est un peu le Brighton du 4ème âge. Je n’avais jamais vu une telle densité de déambulateurs au mètre carré.
C’est une station balnéaire au charme désuet, avec sa promenade, son pier, ses rues piétonnes et ses grands hôtels.
image

Nous y étions pour rendre visite à Mathilde, une cousine venue en stage linguistique doublé d’un stage dans la restauration. D’ailleurs c’est une excellente idée de faire ce genre de séjour ailleurs qu’à Londres, on y rencontre bien plus d’Anglais. Je pensais me geler mais finalement j’ai bronzé.
Samedi après-midi, nous avons profité du temps magnifique pour nous promener sur les Seven Sisters, ces grandes falaises de craie blanche qui plongent dans la mer. Après le coucher du soleil, nous étions encore bien loin du point de départ. Il a fallu traverser quelques champs au milieu des moutons, escalader des clôtures ou se faufiler entre les barbelés pour se retrouver sur la route. A 3 km du parking. Qui allait fermer une demi-heure plus tard. N’écoutant que mon courage, et surtout peu désireuse de regagner l’hôtel à pied en trainant les bagages si la voiture se faisait enfermer pour la nuit, je me suis courageusement élancée en courant sur la route. C’était l’occasion de mettre à profit mes séances de footing ! J’ai vite déchanté. Courir sur une route de nuit, en jean, c’est un peu moins sympa que dans un parc en plein jour correctement équipée. Je me jetais sur le bas-côté dès qu’une voiture arrivait, c’est-à-dire toutes les 30 secondes. Ceux qui passaient dans l’autre sens me prenaient pour une folle de courir dans ces conditions. Je me suis fait klaxonner une ou deux fois. Et puis alors que je me croyais presque arrivée, j’ai découvert une traîtresse colline supplémentaire à franchir. Je me suis trouvée dans un petit bois, dans le noir complet, à marcher au choix sur la route ou sur le bas-côté plein de trous. Petit moment de solitude pour ne pas dire de légère angoisse…
Je vous rassure, tout s’est bien fini et nous avons pu poursuivre la soirée au pub. Sauf que cette soirée n’allait pas être de tout repos…
image

image

image

image

image

image

image
J’avais choisi le pub Crown and Anchor, meilleur pub d’Eastbourne d’après Tripadvisor, en espérant quelque chose de cosy et typique pour nos deux visiteuses françaises ( j’ignorais alors que ce serait ambiance saturday night fever). Arrivés à 20h, nous avons appris qu’il y aurait 40 minutes d’attente pour la nourriture. OK, pas grave, l’apéro c’est fait pour ça. On nous explique aussi que normalement les enfants ne sont acceptés que jusqu’à 21 heures, mais que dans leur grande bonté, comme nous avons commandé à manger, ils nous laisseront rester plus longtemps. Bon, très bien, peut-être qu’il aurait été judicieux de nous dire ça au téléphone quand j’ai réservé en demandant si les enfants étaient acceptés, mais en même temps la journée a été longue, nous n’avons aucune envie de partir à la recherche d’un autre resto. Erreur funeste. Un peu de musique commence à s’élever au fond de la salle, ambiance années 90, Madonna Like a Virgin. Les Anglaises se jettent sur la petite piste de danse. Nos plats ne sont toujours pas arrivés, mais on nous apporté des frites pour nous faire patienter, sauf qu’elles sont recouvertes de fromage râpé comme des nachos. Les Anglais ont quand même de curieuses notions diététiques, surtout quand on sort de Londres. Antoine me dit qu’à la cantine du boulot, ils ont couramment des lasagnes accompagnées de… frites.
La musique augmente, de plus en plus de gens arrivent, et là nous comprenons qu’il va y avoir un concert. Dans l’absolu, c’est sympa, mais le niveau sonore empêche toute conversation. Cela n’empêche pas Cadette de s’endormir sur le banc, en me faisant promettre de la réveiller quand ses spaghettis bolognaise arriveront. Des Anglaises en mini-short et bas résilles se déhanchent joyeusement au bord de notre table au rythme de « Give me some hot stuff baby this evening ! » ça coupe un peu l’appétit. Au bout d’une heure et quart, nos plats ont fini par arriver mais entre le niveau sonore et les frites fromagers, nous n’avons plus très faim. Fille aînée, toute pâle, se bouche les oreilles et ne montre aucun appétit pour l’énorme burger qu’elle a commandé. Je la raccompagne donc à l’hôtel en en me faufilant entre les danseuses déjà bien éméchées. J’ai l’impression qu’il est une heure du mat et non pas 21h30. Je laisse fille aînée à l’hôtel qui se trouve à 15 mètres du pub. Une fois au lit avec un livre entre les mains, elle retrouve le sourire. Je retourne au pub, je me refaufile entre les danseurs. Leur enthousiasme fait plaisir à voir. Ce sont manifestement des habitués. Les boules à facettes brillent de mille feux. Je me demande si nous sommes tombés sur le seul endroit d’Eastbourne qui ne soit pas complètement mort le samedi soir. Mon chili con carne est froid, Cadette est crevée, il est temps de rentrer prendre une tisane à l’hôtel.

Nous avions trouvé une chambre pour 4 à 69 £ au Shore View Hotel, sur Marine Parade. Juste à côté du pub Crown and Anchor pour ceux qui aiment mover leur body !

Jolies balades en bord de Tamise

Alors que le mois de mars promet d’être aussi ensoleillé que janvier et février ont été pluvieux, je n’ai aucune excuse pour rester silencieuse plus longtemps sur ce blog.

Je vous propose donc deux jolies balades en bord de Tamise, parfaites quand on n’a que quelques heures devant soi. Tout le monde n’est pas obligé d’aimer partir de chez soi à 9h du matin et rentrer à 19h après avoir marché toute la journée comme mon cher et tendre.

La première, tout près de Londres mais presque à la campagne, vous amène de la gare de Richmond, dans le Surrey, à Ham House, en longeant la Tamise. J’avais déjà parlé ici de cette belle propriété du National Trust. Après avoir traversé le grand square devant le théâtre de Richmond, on passe devant de jolies maisons, probablement d’anciennes écuries qui doivent aujourd’hui s’arracher à prix d’or. Une fois au bord de l’eau, on rejoint rapidement des pubs, dans une atmosphère très festive dès qu’il y a un rayon de soleil. Tout me monde s’installe face au fleuve, avec son Pimm’s ou sa bière dans un verre en plastique. On arrive dans un coin très verdoyant, non loin de Richmond Park, en suivant les boucles de la Tamise, puis enfin à Ham House, pour une visite de la maison, un café au soleil et une promenade tranquille dans les jardins. Retour au coucher du soleil.

Le lendemain, nous avions prévu de marcher de Kew Bridge jusqu’à Hammersmith : le prolongement, dans l’autre sens de cette balade-ci. Un départ tardif, des embouteillages de Londoniens pressés d’aller goûter le soleil, et une pause un peu arrosée dans un pub (mon premier Pimm’s de l’année !) ont fait que nous nous sommes arrêtés à la marina de Chiswick. Le début de l’itinéraire est peut-être un peu monotone à pied en cette saison, mais agréable en été car on est à l’ombre des arbres au bord de l’eau. Il est praticable et vélo, ce qui permet d’arriver plus vite dans des endroits plus intéressants.

Nous avons longé la Tamise depuis le cinéma Watermans, que je recommande au passage si vous êtes dans le coin, cinéma indépendant, resto indien et terrasse au bord de l’eau.

Arrivés à Kew Bridge, on traverse pour emprunter la rive sud. On croise des équipes d’aviron en plein effort. Une néerlandaise mariée avec un Français nous aborde pour nous dire que nos filles sont très belles… car elles ressemblent à la sienne !

Petite pause en terrasse au pub The Ship (10 Thames Bank, Mortlake, SW14 7QR)

Puis nous avons traversé la Tamise sur le pont ferroviaire de Barnes (non loin du Wetland Centre, encore une idée de sortie sympa en famille) pour remonter jusqu’à la marina de Chiswick où nous avons arrêté notre périple encore une fois au soleil couchant.

Une journée à Canterbury

Bon, les amis, je suis toujours là malgré une fin d’année un peu chargée et j’attends les vacances avec impatience.

Donc je ne suis pas encore allée voir les décorations de Noël du centre de Londres et je vous propose plutôt une excursion dans la charmante ville close de Canterbury. Encore un joyau du Kent, où il y a tant de choses à découvrir. Nous y avons passé une journée lors de notre week-end à Whitstable.

On rentre dans la ville close par une porte médiévale et on se retrouve dans une rue piétonne commerçante. Derrière les enseignes classiques des high-street anglaises se cachent de magnifiques bâtisses anciennes.

Les amoureux d’histoire seront servis

La visite de la cathédrale est assez chère mais vaut la peine.  C’est là que fut assassiné Thomas Becket, l’archevêque de Canterbury, au XIIème siècle. Au Moyen-Age, Canterbury était un lieu de pélerinage très important. Les Contes de Canterbury, de Chaucer, se passent sur la route du pélerinage.

Je recommande aussi chaleureusement le tour en barque. Nous l’avions fait à Oxford bien sûr, mais à Canterbury on passe par des endroits incroyables. Notre guide était très cultivé, sympa et avec une belle voix de baryton qui résonnait sous les ponts. Nous avons choisi la Canterbury punting company et d’après ce que j’ai vu en croisant les autres bateaux, je n’ai pas regretté ce choix. Ce sont des embarcations plus petites, avec donc moins de monde, Nous étions confortablement installés avec des couvertures et le guide traduisait tout en français pour mes beaux-parents, avec un accent et un humour charmant. Le départ se fait depuis un café sympathique. On passe sous des ponts très bas sur l’eau, j’imagine tout à fait l’ambiance spooky à souhait des tours de nuit.  La ville de Canterbury a une histoire très riche et les guides anglais adorent les anecdotes scandaleuses ou sanglantes donc vous entendrez parler de meurtres, de l’inquisition et d’ une drôle de chaise (pas de photo ici) qui servait à plonger dans l’eau, ou plutôt dans ce qui était à l’époque un égout géant, les femmes trop bavardes et les commerçants malhonnêtes. Sympathique…

Je n’ai pas de resto à recommander en particulier. Nous avons déjeuné à Prêt à Manger dans la rue piétonne principale et pris un thé au-dessus de la librairie Waterstone, avec une jolie vue sur la cathédrale et les toits au soleil couchant.

Whitstable et Broadstairs

L’intérêt de vivre sur une île, c’est qu’on n’est jamais très loin de la mer. Après quelques semaines de boulot intense, rien de plus dépaysant qu’un petit week-end au bord de la mer.

Le lendemain d’Halloween, nous sommes partis pour un week-end de trois jours dans le charmant village de Whitstable, port de pêche encore actif, à 1h20 de train de Victoria, et deux heures de voiture de l’ouest de Londres.

Nous avons été très bien accueillis par Matthew dans le charmant cottage n°17, trouvé sur TripAdvisor. J’ai adoré la déco soignée et originale, les livres vintage et magazines éparpillés un peu partout dans la maison, de la lumière même quand il fait gris dehors. Pas de restos à recommander car le cottage était tellement sympa que nous y avons dîné les deux soirs (homards, huîtres et moules au menu, à acheter sur le port pour un prix très raisonnable). Pour les amateurs, il s’y déroule un festival de l’huître en été.

Whitstable beach huts

Plus encore que pour Whitstable, dont j’avais peut-être trop entendu parler, j’ai eu un petit coup de foudre pour Broadstairs. Autrefois un haut lieu de la contrebande, Broadstairs est aujourd’hui une tranquille station balnéaire au charme désuet, parfaite pour un bol d’air hors-saison. Située entre Margate et Ramsgate, elle se trouvait autrefois sur une île, Thanet, qui est aujourd’hui reliée à la terre. On y trouve un musée Charles Dickens, qui commémore le lien du romancier avec cette petite ville où il a séjourné régulièrement de 1837 à 1851. Un festival Charles Dickens s’y déroule chaque année au mois de juin. En attendant, c’est le pub Charles Dickens, face à la mer, que nous avons testé et qui nous a bien plu, en particulier le resto à l’étage avec une belle vue sur la baie.  J’ai dégusté une excellente aile de raie pour la première fois depuis que nous sommes en Angleterre et j’ai appris à cette occasion que cela se disait « skate wing ». Une petite promenade sur la plage dans la lumière de fin d’après-midi nous a redonné des forces avant de repartir affronter la vie londonienne (et les embouteillages pour rentrer! Prenez le train si vous pouvez…)

Broadstairs, Kent

Broadstairs