Les écuries royales de Buckingham Palace

Pourquoi les écuries royales s’appellent-elles « Royal Mews » et non « Royal Stables » ? Cette question vous empêchait de dormir ? J’ai la réponse :  ces bâtiments servaient autrefois à abriter les faucons lors de leur « mue », moment où ils perdaient leurs plumes. Encore un mot anglais qui vient du français. Aujourd’hui, de nombreuses « mews » ont été converties en appartements, très convoités.

Celles de Buckingham Palace, si elles se visitent, sont encore en activité. Elles abritent des chevaux, une école d’équitation et la collection de carrosses utilisés par la famille royale dans les grandes occasions : du carrosse en or extrêmement inconfortable et si lourd qu’il faut deux jours pour le sortir de la pièce où il est rangé, au dernier carrosse fabriqué en Australie en 2000 avec vitres automatiques, chauffage, éclairage et suspensions en acier.

Certains membres du personnel (triés sur le volet, certains travaillent dans les écuries depuis 4 générations) ont le privilège d’habiter sur place.

La riche décoration des carrosses est pleine de symboles : kangourou et émeu sur le blason du carrosse offert par l’Australie, chardon d’Ecosse, trèfle d’Irlande etc… Nous avons également vu la Rolls Royce Phantom dans laquelle Kate est arrivée à Westminster lors de son mariage avec William.

 


Pour diriger ce Golden State Coach qui pèse plus de quatre tonnes, les cochers doivent monter « en postillon » directement sur les chevaux. Comme il ne passe pas par la porte de la pièce où il est exposé, il faut démonter le mur ! Il est principalement utilisé pour les couronnements. La dernière occasion à laquelle il a servi est le jubilé d’argent d’Elisabeth II.

Dans la partie musée, on peut voir des fers et des mors offerts par Barack et Michelle Obama lors d’une visite officielle, les livrées des cochers etc… mais ce que j’ai le plus aimé c’est le côté vivant du lieu, l’odeur de cuir, des chevaux et du crottin !

Une petite salle réservée aux enfants permet de faire des coloriages et petits bricolages. Cadette (6 ans) a beaucoup aimé. Les deux filles d’ailleurs (6 et 8), suspendues à leur audio-guide (en français) ont trouvé la visite intéressante. Nous avons payé une vingtaine de £ pour la famille sachant que le billet est valable un an s’il nous prend l’envie d’y refaire un petit tour.

 

Publicités

La relève de la garde

Si vous projetez d’aller assister à la relève de la Garde à Buckingham Palace, il y a deux ou trois trucs à savoir :

– En hiver, point de bel uniforme rouge à l’horizon. La tenue d’hiver des gardes est grise, chic mais moins photogénique :

– Prévoyez d’arriver en avance, entre 10h30 et 11 h pour être bien placés. Il commence à  se passer des choses vers 11h10 et la cérémonie à proprement parler a lieu à 11h30.

– Essayez de privilégier un jour de semaine car il y a foule ! Et si vous avez la malheur d’être un peu derrière les autres, dès que les gardes arrivent, vous ne verrez qu’une nuée d’appareils photos et de caméscopes. Quoique, en désespoir de cause, on peut suivre comme moi le passage des troupes sur l’écran du caméscope du grand type de devant.  Voilà ce que ça donne un dimanche pluvieux de janvier, supportable mais pas désert :

– La cérémonie n’a lieu qu’un jour sur deux en hiver : les jours pairs en janvier, impairs en février et mars. Toutes les infos sur le site officiel de la monarchie britannique avec les détails sur le déroulé de la cérémonie et les différents régiments. Elle est annulée lorsqu’il pleut trop, donc pas la peine de vous faire tremper en se félicitant d’être les seuls à braver le mauvais temps…

Beaucoup de gens sont massés sur la statue devant le palais. Je pense que c’est bien pour avoir une bonne vue d’ensemble, voir arriver la fanfare et les gardes,

mais le nez collé sur les grilles du palais, c’est bien aussi pour voir les détails de la cérémonie et prendre des photos entre les barreaux.

C’est quand même sympa à voir une fois. Moi les fanfares, ça n’est pas trop mon truc, mais en fait ils ne jouent pas spécialement des airs solennels et pompiers mais des standards de jazz, musiques de films, et évidemment ils n’ont pas pris les plus mauvais musiciens donc c’est très agréable.

Et rendez-vous au printemps quand les gardes auront leur uniforme rouge… Non, mais j’y tiens, moi !