Un dimanche d’hiver sur la Southbank

Salut les amis, heureusement que je n’avais pas pris pour résolution de publier davantage sur mon blog en 2015. Hum.

Déjà notre quatrième hiver à Londres. Ce n’est pas ma saison préférée mais j’aime ces belles journées froides et bleues comme on en a en ce moment. (Avant les averses de grêle et de neige fondue.)

C’est le temps parfait pour se promener le long de la Tamise sur la Southbank. En partant de Westminster (face à Big Ben, parfait quand on a des amis en visite qui veulent du Londres touristique, après la relève de la garde et la traversée de St James’s Park)

Alors, on commence par un petit café ou chocolat chaud en face de Big Ben pour se réchauffer, et c’est parti !

On traverse le pont de Westminster en se frayant un passage parmi les touristes, on cède à la tentation d’un énième selfie devant Big Ben et on pousse un soupir de soulagement une fois arrivé de l’autre côté.

On passe devant le London Eye (que nous n’avons jamais fait, je crois que c’est un peu comme le syndrome Tour Eiffel, on n’y va que quand on est touriste à Paris), le London Dungeon (Cadette adore, Fille Aînée ne supporte pas, trop horrible).

Puis on se balade le long de la Tamise en observant les mouettes, les touristes et surtout les artistes de rue, en particulier entre le London Eye et le Southbank Centre. Les danseurs jamaïcains, le mec qui fait des bulles de savon géantes, les bouquinistes sous le pont de Charing Cross, et parfois le sosie de Jack Sparrow sont devenus des repères familiers. Le Southbank centre est un lieu de spectacles, d’expositions et de festivals très actif. Il s’y passe toujours quelque chose d’intéressant, par exemple le festival Imagine Children du 9 au 22 février prochains. Après le Southbank centre, on passe devant le célèbre skate park, puis devant le National Theatre. Un peu plus, loin, juste avant la Oxo Tower, c’est Gabriel’s wharf avec ses cafés et boutiques et… sa plage ! En fonction des marées, on peut descendre sur le sable (on est d’accord, c’est pas les Maldives mais c’est particulier de se sentir au plus près de la Tamise qui est le cœur de Londres et qui a joué un rôle si crucial dans son histoire). Parfois on peut y voir d’éphémères sculptures de sable. En face, le HMS President, un navire de guerre construit pendant la première guerre mondiale, a été relooké par l’artiste Tobias Rehberger en « dazzle camouflage », dans le cadre des commémorations du centenaire de la première guerre.

On passe ensuite sous le tout nouveau Blackfriars Bridge pour découvrir une superbe vue sur la City. Le pub Founders Arms offre une vue imprenable sur St Paul. A la Tate Modern, petite pause pour écouter des musiciens (ou aller faire un tour aux toilettes, c’est une de nos traditions, on va dire notre manière de nous approprier ce lieu culturel), puis on emprunte le Millenium Bridge pour terminer la promenade à St Paul. Pour les plus courageux, on peut bien sûr pousser jusqu’à Tower Bridge, en passant devant le Globe, la Golden Hinde, Borough Market et la Hay’s Galleria.

image

Thames by night

Tower Bridge in the twilight

J’ai craqué pour ces jolies affiches qu’on voit sur la Southbank. On peut les acheter au London Transport Museum ou en ligne sur le site de Red Gate Arts.

Publicités

Fin d’automne à Richmond Park

Rien de tel qu’une belle balade vivifiante dans ce beau parc pour se remettre les idées en place un lendemain de fête.  Jamais je n’avais vu autant de cerfs et/ou de daims que ce dimanche à Richmond. Dans la lumière rasante de fin d’automne, c’était un très beau spectacle.

J’aime arriver à Richmond par le Tube ou l’overground et traverser le joli centre-ville ou bien en bus, descendre le long de la Tamise et monter sur la colline pour profiter de la vue.

Dans le parc, les endroits que l’on préfère sont les lacs, la Isabella Plantation (je recommande les derniers week-ends d’avril pour la sublime floraison des azalées), le coin de Pembroke Lodge et Poet’s corner avec la longue-vue qui permet de voir jusqu’à la cathédrale St Paul, et bien sûr un peu partout, ces grandes étendues de hautes herbes où on croise des cerfs. A moins que ce ne soit des daims, ou un peu des deux. Pour une fille qui a passé sa jeunesse dans la forêt de Rambouillet, je m’y connais assez peu en cerfs ! Au moins en anglais, on parle de « deers », comme ça c’est plus simple. (Si on veut préciser red deer, c’est le cerf et fallow deer le daim, voilà pour la leçon de zoologie linguistique du jour).

Jolies balades en bord de Tamise

Alors que le mois de mars promet d’être aussi ensoleillé que janvier et février ont été pluvieux, je n’ai aucune excuse pour rester silencieuse plus longtemps sur ce blog.

Je vous propose donc deux jolies balades en bord de Tamise, parfaites quand on n’a que quelques heures devant soi. Tout le monde n’est pas obligé d’aimer partir de chez soi à 9h du matin et rentrer à 19h après avoir marché toute la journée comme mon cher et tendre.

La première, tout près de Londres mais presque à la campagne, vous amène de la gare de Richmond, dans le Surrey, à Ham House, en longeant la Tamise. J’avais déjà parlé ici de cette belle propriété du National Trust. Après avoir traversé le grand square devant le théâtre de Richmond, on passe devant de jolies maisons, probablement d’anciennes écuries qui doivent aujourd’hui s’arracher à prix d’or. Une fois au bord de l’eau, on rejoint rapidement des pubs, dans une atmosphère très festive dès qu’il y a un rayon de soleil. Tout me monde s’installe face au fleuve, avec son Pimm’s ou sa bière dans un verre en plastique. On arrive dans un coin très verdoyant, non loin de Richmond Park, en suivant les boucles de la Tamise, puis enfin à Ham House, pour une visite de la maison, un café au soleil et une promenade tranquille dans les jardins. Retour au coucher du soleil.

Le lendemain, nous avions prévu de marcher de Kew Bridge jusqu’à Hammersmith : le prolongement, dans l’autre sens de cette balade-ci. Un départ tardif, des embouteillages de Londoniens pressés d’aller goûter le soleil, et une pause un peu arrosée dans un pub (mon premier Pimm’s de l’année !) ont fait que nous nous sommes arrêtés à la marina de Chiswick. Le début de l’itinéraire est peut-être un peu monotone à pied en cette saison, mais agréable en été car on est à l’ombre des arbres au bord de l’eau. Il est praticable et vélo, ce qui permet d’arriver plus vite dans des endroits plus intéressants.

Nous avons longé la Tamise depuis le cinéma Watermans, que je recommande au passage si vous êtes dans le coin, cinéma indépendant, resto indien et terrasse au bord de l’eau.

Arrivés à Kew Bridge, on traverse pour emprunter la rive sud. On croise des équipes d’aviron en plein effort. Une néerlandaise mariée avec un Français nous aborde pour nous dire que nos filles sont très belles… car elles ressemblent à la sienne !

Petite pause en terrasse au pub The Ship (10 Thames Bank, Mortlake, SW14 7QR)

Puis nous avons traversé la Tamise sur le pont ferroviaire de Barnes (non loin du Wetland Centre, encore une idée de sortie sympa en famille) pour remonter jusqu’à la marina de Chiswick où nous avons arrêté notre périple encore une fois au soleil couchant.

Du soleil à London

Allez, pour bien commencer la semaine, quelques photos de notre week-end ensoleillé.

Je vous emmène à Notting Hill et Hyde Park.

Un grand ciel bleu, et hop, les Anglais dégainent le tee-shirt et les tongs, même s’ils ne fait que 5°C à 9h du matin. Dans les parcs, certains sont même en maillot de bain. Nous n’avons pas poussé jusque-là, mais nous avons bien profité de ce temps magnifique.

printemps à Notting Hill

I want to live there !

J’ai bien aimé ce musicien, un peu cabossé comme sa contrebasse :

musicien Notting Hill

Un déjeuner bien sympa dans un beer garden :

Prince Albert

Il ne fait pas si chaud sur la terrasse abritée et Fille aînée est ravie de se faire réchauffer le dos :

Prince Albert beer gardenPuis, direction Hyde Park. Dans la Serpentine, un espace est aménagé pour la nage et la baignade, le Lido. Les nageurs du club de la Serpentine y nagent toute l’année. Un homme de mon club d’aviron me disait qu’il adorait y aller avant le boulot, que c’était super revigorant. Je peux le comprendre, mais pour se lever deux heures plus tôt en hiver, pour aller ensuite se jeter dans une eau glacée, il faut un certain courage dont j’ai bien peur de ne pas être pourvue !

Samedi, l’eau était à 12°C et si la plupart des gens étaient en combi, nous avons quand même vu une Marseillaise se baigner en deux pièces. Glagla !

Lido

Nageurs, pédalos, barques, tout le monde à La Serpentine !

Blue

Serpentine pédalos

Et pour finir, on prend le soleil à la roseraie (pour l’instant, plus de jonquilles que de roses, on est d’accord.)

bronzette à la roseraie

Un petit tour dans l’East End

Des amis qui venaient à Londres pour la première fois ce week-end, et un temps pourri. Un problème qui se pose assez régulièrement…

Le premier jour, ce fut musées et balade au bord de la Tamise entre les gouttes.

Le dimanche, je me demandais bien ce qu’on allait pouvoir faire et puis j’ai repensé à la balade des marchés de l’excellent blog Londres Calling.

Nous voici donc partis pour une balade colorée à Columbia Flower Market (avec la pause bagels au Cafe Columbia), puis surtout, Brick Lane, que j’avais complètement loupé la dernière fois que nous étions passés dans le quartier.

Le street art, qui réchauffe les rues grises et offre plein de jolies découvertes, poétiques ou délirantes.

street art

street art

Tom, by Don

Une créature étrange dévore une pièce de monnaie en balançant des légumes ailés sur des voitures ???
Une créature étrange dévore une pièce de monnaie en balançant des légumes ailés sur des voitures ???

Après une matinée à marcher sous la pluie, la découverte du marché de street-food fut un vrai bonheur. De magnifiques stands colorés de cuisines du monde, des tables pour s’installer, des toilettes (longuement attendues après le thé avalé au long de la matinée pour se réchauffer). On peut y manger italien, sri-lankais, birman, et j’en passe. Les filles ont choisi mexicain, moi éthiopien (vegan), Antoine du slow-cooked pork, nos amis ont testé un carrot-cake de la mort et en ressortant nous sommes tombés sur un joli stand proposant des cheesecakes aux Oreos et même au Kinder Bueno !

ethipian vegan stall

mexican stall

sri-lankan food

kindre bueno cheesecake

Nous avons terminé par un tour dans les marchés aux puces environnants, couverts pour la plupart, puis celui de Spitalfields. Une très chouette balade [Et oui les amis, malgré ce que pensent un GRAND nombre de blogueuses, balade ne prend qu’un l, sinon c’est une chanson, c’était la minute orthographe du jour] pour se remonter le moral malgré le gris et la pluie !

prisonnière

Voir la balade en entier sur le blog Londres Calling

Tamise, mon amour

Beaucoup de mes endroits préférés à Londres sont liés à ce fleuve si vivant, si vital dans l’histoire de la ville depuis des siècles. A marée haute, à marée basse, calme ou tumultueuse, sous un ciel gris, bleu ou nuageux, Tamise, je t’aime !

J’aime emprunter la passerelle d’Embankment vers Southbank et m’arrêter pour admirer ma vue préférée sur St Paul et la City, ce mélange d’ancien et de nouveau si typique de Londres et de son dynamisme.

lumière d'après-midi

Regarder les mouettes et se souvenir que la mer est toute proche.

mouette à Kew PierPhotographier Tower Bridge pour la centième fois, parce que même si certains le trouvent un peu kitsch, c’est mon premier souvenir de Londres et que j’y suis attachée.

Tower Bridge

A St Katherine’s docks, observer les bateaux et rêver de voyages.

envie de partir...

Loin de la ville, marcher au bord de l’eau calme.

Admirer les maisons riveraines et se demander qui il faudrait assassiner (ou épouser) pour y vivre.

Tamise proche Kew Bridge

Tamise

barque

Chaque mercredi, en allant à mon cours d’aviron, retrouver ces mêmes barques, parfois à sec, parfois flottant, au gré de la marée.

Glisser sur l’eau dans la brume en écoutant les cris des oiseaux, remarquer chaque semaine un détail nouveau sur cette portion de la Tamise que je commence à bien connaître, sans jamais m’en lasser.

P1060980

Naviguer en direction de Greenwich pour y admirer le Cutty Sark.

Old Royal Naval College

Cutty Sark

Depuis le fleuve, voir la ville en perpétuel mouvement.

P1080232

Survoler la Tamise grâce à l’Emirates Air Line
IMG_20120908_153539

Et juste regarder le ciel…IMG_20120929_125849 IMG_20121208_151405

Une télécabine pas comme les autres

Samedi dernier, nous étions dans l’Est de Londres pour les Paralympiques, l’occasion de voyager sur une « airline » originale entre Greenwich Peninsula et les Royal Docks.

Inauguré en juin 2012, ce premier téléphérique urbain sponsorisé par la compagnie Emirates Airline (36 millions £ sur un budget de 60 millions £), et géré par Transport of London, relie le Nord et le Sud de la Tamise sur un peu plus d’un km de long et 90 m de haut.

On fait la queue (effet JO + beau temps) et c’est parti !

Superbe vue sur la City et Canary Wharf (Fille Aînée est un peu contrariée que « notre banque » (Barclays) ait une tour plus petite que celle de HSBC), le dôme du O2 (sur lequel on peut monter également pour la vue) et le parc olympique un peu plus loin. On peut aussi voir le vieux Greenwich et la Thames Barrier.

Fille Aînée n’en perd pas une miette

Pour 3,20 £ avec une Oyster (1.60 pour les enfants et gratuit pour les moins de 5 ans), c’est vraiment une expérience sympa. Un peu court peut-être, mais chouette. Le quartier lui-même des Royal Docks est intéressant à découvrir.

côté Greenwich

Et pour finir le voyage en beauté, une fois à Greenwich, on peut revenir en bateau jusqu’à Embankment par les Thames Clippers.