Vacances

J’ai pris mes skis, mes bâtons, mes chaussures et du thé anglais. Je suis passée  à l’école de mes enfants mais sans les skis et les bâtons pour être plus crédible. J’avais demandé un rendez-vous tôt le matin sans préciser que ce n’était pas pour partir travailler après mais pour prendre le Tube puis l’Eurostar puis le RER puis le TGV puis la voiture, cette fois avec mes skis, mes bâtons et mes chaussures parce que même si c’est encombrant dans le train c’est quand même vachement pratique sur les pistes. Dans l’Eurostar il y avait six Anglaises avec six bouteilles de champagne, des happy birthday chantés de plus en plus fort et des passagers qui fronçaient les sourcils.   J’ai pris des remontées, j’ai pris des pistes bleues, j’ai mangé de la tartiflette, j’ai repris des remontées, j’ai descendu des pistes rouges et j’ai mangé de la raclette. Je n’ai pas fait de pistes noires parce que j’avais trop peur. J’ai cru me mettre de l’écran total mais en fait c’était de la crème de jour et j’ai frit au soleil. J’ai refait mes bagages, repris un taxi, un TGV et un RER. Là, la poignée de la valise à roulettes a cassé et une valise à roulettes sans poignée c’est tout de suite moins pratique. Je me suis courbée pour la traîner, j’ai repris un Eurostar, un Tube, un bus, j’ai marché, j’ai hésité à me laisser mourir sur le bord de la route. Puis j’ai pensé aux lecteurs de mon blog et je me suis dit que je ne pouvais pas leur faire ça, qu’ils ne s’en remettraient pas (surtout que je suis le Blog du mois de l’apéro-blog) . Je me suis fait un lumbago et je suis rentrée chez moi.

Bref, je suis allée au ski.

image

image

image

image

Publicités

Vacances

Depuis quelques jours, à chaque fois que j’ouvre mon navigateur, la page d’accueil vieillissante de ce blog me fixe d’un air réprobateur. Déjà plus de deux semaines que je n’ai rien écrit.

Pour ma défense, j’étais en vacances, en France, à Serre-Chevalier pour tout vous dire.

Super semaine de ski, rien à dire…sauf peut-être sur le voyage lui-même, qui n’a pas été de tout repos. Je devrais peut-être commencer un feuilleton intitulé l’enfer du samedi (1er épisode ici)

L’équipée infernale

Nous partons au ski. Jusque-là, rien de trop pénible. Sauf que. Nous y allons en train. Là, toutes les personnes bagages-phobiques ou simplement qui aiment voyager léger éprouveront peut-être quelque compassion. Malgré une compression drastique des bagages, nous voilà donc le jour J avec trois paires de skis, deux paires de chaussures de ski pesant trois tonnes chacune, trois valises, trois sacs à dos, un gros sac de voyage et deux ordinateurs.Pour agrémenter le challenge, la Piccadilly line, directe de chez nous à St Pancras, est fermée. (Eh oui, ce sont les joies du week-end à Londres : chaque semaine, une portion différente du réseau est fermée et on ne sait jamais sur qui ça va tomber !)

Le réveil sonne à 5h30. Et… il pleut. (Petite pause destinée à susciter la compassion chez le lecteur).

Prendre un taxi ? Noooooooon, pas nous ! Nous sommes des guerriers ! (Not to mention un peu fauchés/prévoyant d’être fauchés par le ski). Bref, nous voilà partis pour un voyage en sept étapes : 1) Marcher de chez nous à l’arrêt de bus avec tous les bagages sous la pluie, trop facile !

2) Prendre le bus de chez nous à la gare 3) prendre le train puisque le métro est hors-service, 4) puis un autre métro, après une correspondance qui tue à Paddington. Note pour plus tard : ne plus jamais faire la correspondance à Paddington entre le train et la Hammersmith & City. Ou en tout cas ne pas se planter car l’accès à la Hammersmith & City n’est pas du tout situé à côté des autres lignes de métro mais à l’autre bout de la gare (près des quais 14 et 1( si ça vous intéresse vraiment).

Arrivée à St Pancras, petit ravitaillement chez M&S Simply Foods. Fille aînée a l’audace de prétendre que les sandwiches Daunat des aires d’autoroute françaises sont meilleures. Pffff.

5) Eurostar… mais seulement jusqu’à Lille. Ce serait trop simple de prendre le suivant qui va gentiment jusqu’à Bourg St Maurice. On n’est pas comme ça chez nous ! A Lille, quarante minutes pour faire la correspondance. Trop facile, c’est louche… eh bien non, car en fait notre carte Enfant + est périmée, il faut d’urgence en refaire faire une avant de se choper une amende. Correspondance (avec armes et bagages, je rappelle les bagages) + carte enfant + à acheter ! Un jour de départ en vacances ? Challenge accepted ! Et brillamment réussi par notre Antoine international. La fin du voyage est beaucoup plus détendue : 6) tgv en première (cool on peut brancher les ordinateurs) et 7) fin en voiture, gentiment fournie par de prévenantes personnes désirant garder l’anonymat. Les quatre heures d’embouteillage entre Lyon et Briançon ne sont que de la petite bière par rapport au reste…

Ben voilà, au bout de 15 heures de voyage, on y est ! (On aurait pu aller à San Francisco en moins de temps mais bon…)

Et ça vous entendez ? Woosh, woosh… c’est moi qui dévale les pistes noires…. Non je déconne, c’est Fille aînée, et même un peu Fille Cadette. Moi je vais au bar d’alt avec ma belle-belle-mère, pour parler des pistes noires qu’on fera (peut-être) demain !

Bonnes vacances !

Cadette sort de sa yourte au Village nomade de Serre-Chevalier

P.S (Je vous épargne le retour avec le changement entre Lille-Flandres et Lille-Europe, toujours chargés comme des baudets et AVANT d’avoir déjeuné. ceux qui me connaissent savent quelle est mon humeur à 13 h quand je n’ai pas encore déjeuné…)