Countdown

J – 41 !

Déménagement prévu pour le 29 décembre !

Les choses commencent à se concrétiser, les déménageurs sont venus faire des devis, nous avons enfin donné notre préavis pour l’appart. Mais comme nos affaires n’ arriveront que le 5 ou 6 janvier à cause des fêtes, il va falloir qu’on se trouve un pont pas trop venté pendant une semaine (Argone avait raison).  J’ai appris à cette occasion qu’en Angleterre, lorsqu’un jour férié tombe le week-end, il est reporté au lundi. C’est-y-pas sympathique ?

En revanche, sur le front de la recherche d’appart, rien de nouveau encore. Antoine a visité un « charming little cottage » qui donne sur le parc d’Ealing Common, mais pas de jardin seulement un minuscule patio de quelques mètres carrés. Nous avons longuement hésité : faut-il choisir le premier appart visité ? Est-ce que je laisse Antoine signer sans l’avoir vu ? (Bon, certaines personnes de ma connaissance ont même acheté une maison alors que Madame ne l’avait pas vue…)

Pour l’instant, il est toujours dispo, donc peut-être pourrai-je le voir la semaine prochaine. House-hunting intensif prévu de mercredi à samedi, qui nous servira en même temps de petit break en amoureux à Londres. Eh oui, il faut savoir cumuler ! Je vais tenter également de visiter des écoles à cette occasion. J’essaie pour l’instant de ne pas trop stresser au sujet des écoles : on se concentre sur un logement bien situé par rapport aux « bonnes écoles », comme tout le monde nous l’a conseillé. J’ai découvert à ce propos que beaucoup de gens déménagent exprès pour les écoles, les maisons qui sont dans le « catchment area » (secteur de rattachement) des écoles les plus cotées voient leur prix monter en flèche, c’est la folie ! Notre cas est un tout petit peu différent. Comme nous arrivons en cours d’année, le « catchment area » ne s’applique pas vraiment, on va nous caser là où il y a de la place. Et c’est bien cette incertitude qui m’angoisse un peu. Je n’ai pas vu d’écoles ayant une réputation épouvantable dans le coin, mais j’apprécierais moyennement de faire des kilomètres en voiture tous les matins si on nous envoie à l’autre bout du borough.

Suite au prochain épisode pour les écoles.

La rue où Antoine a visité le « charming cottage » ressemble à ça :

Publicités

Incertitude

To go or not to go, that is the question…

Depuis 2 mois, je suis en transe à l’idée de partir habiter Londres, ville mythique pour moi qui suis passionnée de culture et de littérature anglaise. Je m’imagine, je planifie, je me projette, je passe un nombre d’heures complètement déraisonnables à surfer sur des blogs d’expats à Londres dont les photos et les idées de sortie me mettent au supplice !

Seulement voilà, la rentrée des classes est dans 3 jours et nous sommes toujours ici, pas malheureux, mais dans le flou, ignorant ce que l’avenir nous réserve…

Dur, dur de s’investir dans une rentrée ici alors que nous allons peut-être partir en cours d’année. Du coup, je ne me vois pas me présenter comme déléguée des parents d’élèves ou m’inscrire dans une association. Autre sujet de stress, la grande a une classe de mer prévue début décembre (comment ça, c’est une date étrange pour une classe de mer ? Mauvaise langue ! Et puis d’abord chez nous il fait beau toute l’année, na !) et apparemment la maîtresse va organiser tout son premier trimestre autour de ce thème. J’angoisse de me dire qu’elle ne pourra peut-être pas y participer… Quant aux activités des enfants, quel casse-tête ! Pour l’escalade, il faut s’engager (et donc payer à l’année), ah, la danse, c’est bon, il y a des cotisations au trimestre ! Finalement, nous les avons inscrites quand même aux loisirs de leur choix, quitte à perdre quelques euros au passage. Comme nous ne leur avons pas parlé de nos projets pour l’instant (à quoi bon, si ça ne se réalise pas ?) je ne vois pas comment je pourrais leur expliquer qu’elles ne peuvent pas continuer leurs activités.

Bref, j’ai vraiment hâte d’être fixée, soit pour me lancer à fond dans les préparatifs, soit pour surmonter rapidement ma déception et me réinvestir dans ma vie d’ici, à laquelle j’ai déjà un peu dit au revoir inconsciemment.

En attendant, nous profitons de ce que la région a à nous offrir, et ce n’est pas trop désagréable…

crique
St Jean Cap-Ferrat
Peillon
Peillon, village perché de l'arrière-pays niçois