Une petite semaine à Rome en famille

 

Je ne voudrais pas vous faire croire que nous n’avons eu que des malheurs lors de ce voyage. Nous avons aussi passé d’excellents moments, vu de très beaux sites, appris plein de choses et apprécié la gastronomie italienne !

Nous étions logés à la Trinité des Monts. Une situation exceptionnelle, en haut de la piazza di Spagna, à côté de la Villa Medicis, avec vue sur St Pierre et les toits de Rome, pour un hébergement un peu particulier puisqu’il s’agit de la maison d’accueil d’un couvent. Cela implique bien sûr de se plier à quelques règles mais le lieu est merveilleux. J’y étais allée en hypokhâgne avec ma prof de latin il y a… 18 ans !

Le premier après-midi, nous nous sommes baladés au hasard, en passant par la Piazza di spagna, la fontaine de Trevi et la Piazza Navone.

Le deuxième jour, promenade sur la Via Appia Antica et visite de la catacombe St Callisto. Agréable et intéressant. Les filles ont adoré les catacombes évidemment ! On apprend toutefois que les Chrétiens ne s’y sont jamais cachés, c’était uniquement un lieu de sépulture, richement coloré par de grandes fresques, donc un peu différent de l’image qu’on peu en avoir.

Le troisième jour, visite des musées du Vatican et de St Pierre. Incontournable mais il faut supporter la foule. Il est impératif de réserver les billets à l’avance et de payer un peu plus cher pour le coupe-file, sinon on fait au minimum deux heures de queue. Pour réserver c’est par ici. Bon à savoir : quand vous ressortez de la Chapelle Sixtine, mieux vaut sortir par la droite, par la sortie indiquée pour les groupes plutôt qu’à gauche là où c’est fléché. Nous avons même demandé à un gardien qui nous a laissés passer. Cela permet de rentrer dans la basilique St Pierre sans refaire la queue.

Le quatrième jour, forum, Palatin et Colisée. Nous avons adoré le Palatin, avec les ruines du palais de l’empereur Auguste, et les jardins remplis d’orangers. Le forum lui-même mériterait sans doute une visite guidée. Nous y sommes allés seuls et si c’est impressionnant de voir toutes ces vieilles pierres, on a du mal à se représenter ce que cela pouvait donner. Les filles ayant étudié les Romains à l’école, elles étaient ravies de voir ces ruines et en particulier le Colisée.

Le cinquième jour, excursion à la Villa d’Este à Tivoli. Petite journée tranquille, nous avons pris le temps de nous promener dans tous les coins de ce magnifique jardin où on découvre sans cesse des perspectives différentes. D’innombrables fontaines nichées dans la verdure devaient en faire un lieu de résidence bien agréable l’été.

Le sixième jour balade dans le Trastevere et montée sur le Janiculo pour une belle vue de Rome. Retour par le Campo dei Fiori, malheureusement trop tard pour le marché. Ce sera pour la prochaine fois !

Et surtout des glaces, des spaghettis à la vongole, des glycines et des fleurs d’oranger qui embaument dans la ville, et plein de soleil !

Pour savoir où les photos ont été prises, passez la souris sur l’image sans cliquer.

 

 

Une bonne adresse : Nous avons souvent dîné au hasard de nos pérégrinations mais je peux recommander Terra di Siena , à deux pas de la Piazza Navona. Nous avons trouvé que c’était un bon rapport qualité-prix, dans une rue très agréable, via del Governo Vecchio, que mes filles avaient surnommé la rue délicieuse, pour son grand nombre de restos sympathiques.

Voyager lé-ger !

On s’était dit qu’on allait voyager léger.

Juste un sac à dos chacun, pour être mobiles, capables de marcher avec les bagages, de prendre des bus, des trains, des bateaux, pour se sentir libres, roots, retrouver un peu de notre jeunesse, quoi !

Et on a voyagé léger. Encore plus léger que prévu.

Nous sommes bien arrivés à Rome par un beau samedi après-midi, mais mon sac, lui, pour une raison obscure, était resté à Heathrow. A moins qu’il ne soit allé faire un petit tour du côté d’Abu Dhabi, comme la plupart des passagers de notre avion. J’aurais bien profité de l’aubaine pour me refaire une garde-robe en Italie mais les boutiques près de notre hôtel étant Chanel, Gucci et Missoni, cela m’a paru un peu difficile. J’ai tout juste acheté un tee-shirt H&M et des sandales Birkenstock en attendant l’arrivée dudit sac, 50h après moi (sachant que Heathrow est à deux heures d’avions de Rome, je ne félicite pas Alitalia). Le sac avait d’ailleurs été allégé de quelques objets, chaussures, pyjama, trousse de maquillage. Je peux comprendre que quelqu’un ait subtilisé ma trousse avec collier, boucles d’oreilles et produits Lancôme mais je doute qu’on m’ait volontairement dérobé mon pyjama Primark, mes vieilles sandales et mes serviettes hygiéniques. Peut-être que tout ça est à Abu Dhabi qui sait ?

Le mardi, nous avons passé une belle journée au Forum (un peu ennuyeux sans guide), au Palatin (magnifique) et au Colisée (vraiment impressionnant). Je suis ressortie du Colisée allégée de mon porte-monnaie qui ne contenait heureusement que 40 euros et ma carte bleue. Petite contrariété, heureusement vite oubliée. C’est idiot mais ce que je regrette le plus, c’est la perte de mon joli porte-monnaie Accessorize !

Après un chouette séjour à Rome, nous voici partis pour Naples. Tout le monde nous a dit de nous méfier des pickpockets, nous sommes vigilants. Pas question de sortir la tablette dans le train, tous les objets de valeur sont bien enfermés dans les sacs. A l’arrivée dans notre Air bnb, je veux tester le wifi, et là, plus de tablette. Envolée. Elle était à l’intérieur du sac de voyage d’Antoine et quelqu’un a dû réussir à l’ouvrir dans le bus pendant que nous regardions le plan et essayions de déchiffrer le nom des rues. Je dois bien avouer que la contrariété a atteint à ce moment-là un niveau stratosphérique (que certains pourraient qualifier d’excessif). J’en veux à toute la ville, je décide que je déteste Naples et que je ne reviendrai plus chez ces voleurs. J’ai beau savoir que rien de tout ça n’est bien grave, je me sens mal dans cette ville. J’ai l’impression de n’être qu’une cible pour les voleurs et une vache à lait de touriste. Du coup je deviens parano, je trouve les commerçants désagréables, bref je suis é-ner-vée. Ma tablette adorée, reçue en cadeau de Noël, sur laquelle je sauvegardais jalousement toutes mes photos au cas où je me ferais voler mon appareil ! Comment ont-ils osé ? En plus elle est lockée et je ne sais même pas si les voleurs pourront en faire quelque chose. Je passe littéralement par toutes les phases du deuil, la colère, le déni, la révolte etc… !

Quel besoin avais-je d’emporter ma tablette en vacances me demanderez-vous ? Je voulais bloguer et j’avais du travail à faire. Résultat je n’ai pas blogué et j’ai envoyé des documents de travail péniblement tapés sur le clavier de mon téléphone.

Mais ouf, on ne m’a pas volé mon appareil photo et la suite du voyage m’a réconciliée avec l’Italie !

Je vous raconte tout ça bientôt.