London 2012 : l’escrime en fauteuil

Difficile d’échapper à la folie London 2012, même quand on ne s’intéresse pas trop au sport.  J’ai vu passer la flamme olympique et nous avons adoré la cérémonie d’ouverture, tellement représentative de la créativité et de la fantaisie anglaise. Ensuite, avec les vacances en France, nous avons un peu oublié tout ça, malgré un petit regret de ne pas avoir un peu plus marqué le coup.

A l’école, nos filles ont bien sûr énormément parlé des JO mais aussi des Paralympiques,  mieux couverts qu’en France, ce qui n’est pas étonnant dans ce pays où les handicapés sont  mieux intégrés et plus visibles.  Fille Aînée trouve d’ailleurs que les Paralympiques, c’est encore plus intéressant que les JO, dans la mesure où les athlètes doivent aller encore plus loin dans le dépassement d’eux-mêmes. (Elle est d’une logique implacable, non ?)

Un peu pour lui faire plaisir, un peu pour suivre le mouvement, nous avons pris des billets pour l’escrime en fauteuil, un peu parce qu’Antoine a pratiqué l’escrime, un peu parce qu’il n’y avait rien d’autre de dispo.

7.30 Réveil. Grosse motivation, je prépare des bagels au saumon, Philadelphia et basilic à emporter pour notre pique-nique. Je me sens trop une mère parfaite.

9.03 Départ sous le soleil et un magnifique ciel bleu pour ExCel, un immense complexe sportif à l’autre bout de Londres.

10.22. A l’arrivée, l’ambiance est très festive. Les bénévoles London 2012 postés tout au long du chemin donnent des indications dans la joie et la bonne humeur ; « ExCel to the right, ExCel to the right » m’a d’ailleurs trotté dans la tête toute la journée.

10.32 passage de la sécurité, comme dans un aéroport. On n’a même pas le droit aux bouteilles d’eau mais on nous assure qu’on pourra les remplir à l’intérieur.

11.00 toujours en train de crapahuter dans les couloirs, on entend que ça commence. C’est sympa les bénévoles qui restent plantés là pour nous donner des high-five mais dommage qu’il y ait ensuite si peu de gens pour donner des indications sur l’accès aux gradins.

11.05 on s’installe un peu au hasard, là où il y a de la place. Manque de bol, on est super loin de la France. Je maugrée un peu, ça soulage. (Que voulez-vous, je ne suis pas encore imprégnée de l' »esprit olympique » )

11.07 Pas grave, on va soutenir l’Italie. L’Italie, c’est presque la France, non ?

11.09 Et puis bien sûr on va applaudir les Anglais. Vu que nous sommes cernés de toutes parts par des supporters de Team GB, nous ne voulons pas être impolis.

11.17 On ne comprend rien avec tous ces combats en même temps. Quand tout le monde pousse des cris de joie, j’en déduis que Team GB a marqué un point et j’applaudis moi aussi. Il s’agit d’un tournoi par équipes. On en est aux quarts de finales. Il y a donc huit équipes qui s’affrontent. Chaque équipe est constituée de trois escrimeurs qui vont affronter chacun les trois de l’équipe adverse. Ce qui fait… oui c’est bien, neuf combats par match.

11.23 Les Anglais se font massacrer par Hong-Kong. Je commence à saisir la manière dont le score est établi. Par contre les combats sont tellement rapides que je n’ai jamais le temps de voir le coup vainqueur.

11.29 En fait je regarde surtout le tableau de score, c’est bien, c’est clair, là je comprends. Les athlètes qui s’agitent devant font un joli premier-plan.

11.33 Je prends quelques photos, j’envoie quelques tweets, je commence à me prendre au jeu.  Le fauteuil est fixe mais les escrimeurs sont tout sauf immobiles. C’est vraiment impressionnant de les voir se jeter en avant au risque de tomber du fauteuil, comme cela arrivera à un escrimeur hong-kongais.

11.46 La Grande-Bretagne est battue par Hong-Kong, l’Italie a vaincu l’Ukraine, la Chine a littéralement écrasé la Hongrie. Il ne reste plus que les Français face aux Russes.

11.48 Mon patriotisme se réveille. Maintenant que les athlètes GB sont sortis, on entend un peu plus de timides réactions face au score des Français. Des « Allez les Bleus » commencent à fuser.

11.53 ça y est, je suis dedans. J’ai enfin compris qu’il y avait deux Russes qui portaient le même nom et non pas un seul gars doué de super-pouvoirs.

12.06 La France a gagné le quart de finale. Youpi ! On a décidément bien choisi notre jour et notre compétition. Fille aînée et Fille Cadette sont trop fières.

12.08 Pause déjeuner. Attention il faut être revenu à 12.45 et les places ne nous attendront pas. Je suis très fière de moi d’avoir prévu mes bagels qui nous éviteront de faire la queue des heures.

12.33. Bon, avant de regagner les places, on va aller remplir la bouteille d’eau.

12.35 Mais elle est où la fontaine ?

12.36 Ah ouaaaais, elle est là où il y a 78 personnes qui attendent ! Alors les toilettes pas de problème, il y en a environ 3 par personne, du coup y avait plus de budget pour les fontaines d’eau.

13.01 Notre esprit d’organisation légendaire a triomphé de cette embûche. Nous avons réussi à trouver des places un peu plus en hauteur mais avec une meilleure vue sur les Français.

13.03 Dès le premier combat (Lemoine Wong Tang ci-dessous), Wong Tang tombe de son fauteuil. En effet, les autres se cramponnent d’un bras, ce qui n’est pas possible pour lui. C’est le seul moment de la journée où j’ai réalisé que ces athlètes étaient handicapés. Dans le feu de la compétition, on n’y pense plus.

13.04 Wong Tang, sans doute un peu sonné par sa chute, se fait battre 5/0 par le Français Lemoine. Mais le suivant, le redoutable Chan Win, assène un 10/2 aux Français. (Je n’ai toujours pas compris à quel moment le combat s’arrête, si c’est en fonction du temps ou du score.)

13.07 J’ai beau être peu sportive et assez imperméable à l’ambiance « stade », impossible de ne pas se laisser gagner par l’excitation en voyant l’équipe française (Lemoine, Latrèche et Tokatlian) se battre contre Hong-Kong (qui avait écrabouillé l’Angleterre, soit dit en passant…).

13.30 Après avoir été dominée, la France remonte au score. Le suspense est insoutenable.  J’en oublie de prendre des photos…

13.45 Notre enthousiasme se fait plus fébrile et nos encouragements moins discrets. Les Anglais autour de nous se mettent à encourager eux aussi les Français (ou leurs adversaires. Je foudroie aussitôt du regard les malotrus).

13.50 C’est gagné ! Nous poussons des cris de joie et acceptons avec la modestie qui s’impose les félicitations de nos voisins de gradins british.

13.52 La finale ne sera qu’à 19.30, ce serait quand même dommage de ne pas profiter de ce ciel bleu qui nous tend les bras. On découvre le quartier autour, qui ne ressemble à rien de ce qu’on connaît. Londres a décidément de nombreuses facettes.

15.45 Ah ouais en fait, quand on est sortis, on ne peut plus rentrer. Pas grave, On regardera la finale à la télé.

18.30 Retour harassés à la maison après de la marche, du métro, du DLR,  du bateau et même de la télécabine (je vous raconterai)

18.50 Oups, Channel 4, si elle retransmet pas mal de choses, (entrecoupées d’un max de pub), choisit uniquement les compétitions où il y a des British…

19.30 La finale commence, impossible de suivre le score nulle part, ni sur Internet, ni sur Twitter et encore moins à la télé. C’est là que je me rends compte que les Paralympiques, tout le monde s’en fout, et l’escrime, encore plus… Une qui ne s’en fout pas, c’est Fille Aînée, qui nous harcèle pour qu’on trouve des infos. Mais même le site officiel ne donne pas le score. Aargh…

20.13 Sans notre soutien, la France a perdu. C’est malin.

Bravo quand même les gars pour cette médaille d’argent bien méritée, vous avez été impressionnants !

Quant à nous, nous avons adoré cette journée, l’ambiance et le sport lui-même.

Advertisements

7 réflexions au sujet de « London 2012 : l’escrime en fauteuil »

  1. Ah ça, tu as bien raison, c’est un peu notre ressenti aussi, ici. Nous aurions voulu continuer à jouer les supporters (devant la télévision, depuis la France !), après la première grande effervescence du mois d’Août avec les J.O. Franchement, quel dommage… On ne peut pas dire que les jeux paralympiques pèsent lourd en balance avec la rentrée télévisuelle. L’important est de mettre en avant la nouvelle grille. Je n’ai jamais compris pourquoi on ne colle pas les paralympiques à la première cérémonie, avant ou après. Bref.
    Je vois que vous vous êtes quand même bien amusés, c’est l’essentiel !
    Excellente journée ! 🙂
    Nathalie

    1. Merci Nathalie. En fait, à ce niveau de compétition, c’est tout aussi intéressant à regarder que du sport valide. En Grande-Bretagne les compétitions sont retransmises une grande partie de la journée en live. Hier soir nous avons regardé la finale de basket en fauteuil Etats-Unis/Grande Bretagne, super impressionnant. Ils doivent à la fois gérer le ballon et leur fauteuil, tout ça à une rapidité folle. Je viens d’éditer un tout petit peu mon billet en me rendant compte que je n’avais même pas parlé de l’aspect handicap.
      Bonne journée à toi aussi !

      1. En tout cas, merci pour ce billet si agréable à lire ! Tu fais partager ton enthousiasme, c’est un plaisir. (Effectivement, j’ai quand même vu des extraits de basket en fauteuil, c’est incroyablement rapide.)
        Nathalie

  2. Quelle épopée ! Tu as eu la chance de vivre ce moment des Paralympiques, as-tu vu ce beau spectacle hier soir – dont la couverture fut pratiquement inexistante en France, comme tu dis…

  3. Excellent reportage, et quel suspense dans ce billet, pfffiouu ! J’ai bien aimé le côté « la fille qui comprend pas tout »… je n’ai jamais assisté à ce genre de chose mais ce serait tout à fait moi je crois ! (et le coup du Russe aux super-pouvoirs… très bon !)

  4. Waou!!
    Tu es une excellente « journaliste sportif » . J’ai meme regretté de ne pas etre spectacteur. Et en demande encore, pour le prochain évènement sportif que tu couvriras
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s