Expats et expatriés

Depuis le début de ce blog, même s’il est plutôt consacré à des choses légères, j’ai envie de parler de ces familles que je croise au quotidien, « expatriées » elles aussi, mais non pas « expats » comme nous, pour le fun, pour la découverte, ou pour rendre leurs enfants bilingues. Elles sont expatriées par nécessité, parce que la situation de leurs pays d’origine est tout simplement invivable. J’ai souvent envie de leur rendre hommage, de reconnaître aussi à quel point nous avons de la chance d’être nés là où il fallait.

Siham M. est syrienne. Elle était infirmière de bloc opératoire en Syrie mais ici, elle ne peut pas travailler car elle ne parle pas assez bien anglais. Mariée avec un Kurde qui lui, ne pouvait pas vivre en paix en Syrie où il ne bénéficiait pas de la citoyenneté à part entière, elle vit douloureusement son expatriation en Angleterre. Cet été elle n’a pas pu aller voir sa famille car la situation politique était trop dangereuse. Et pourtant son pays, elle l’aime, elle en parle avec un grand sourire, elle qui est souvent si sombre. La moindre évocation du Sud de la France ou de l’Espagne lui fait immanquablement dire « Same as my country, beautiful, same my country… »

Il y a quelques mois, je dînais chez eux sans prêter trop attention aux informations que regardait son mari, blême, et puis j’ai entendu les manifestations, la répression et j’ai senti encore plus tout ce qui nous séparait. Sa fille est la meilleure amie de Cadette, elles sont inséparables mais entre Siham et moi la communication est plus laborieuse. Pourtant j’ai beaucoup d’estime pour cette femme qui se bat pour que ses enfants aient une vie meilleure que la sienne, qui veille sur leurs devoirs, leurs fréquentations, qui se rebelle contre son mari quand il veut restreindre sa liberté. Ces dernières semaines, avec les violences qui s’intensifiaient en Syrie, j’ai beaucoup pensé à elle évidemment. Elle parlait avec angoisse, mais courage, de sa soeur qui venait d’avoir un bébé et qui ne trouvait plus de lait. C’est moi qui devais refouler mes larmes en lui parlant.

Et puis cet après-midi, au milieu de la fête d’anniversaire de Cadette avec ses copines de l’école, elle est arrivée le visage défait pour récupérer sa fille plutôt que prévu et j’ai compris qu’elle avait reçu de mauvaises nouvelles. Son frère est mort là-bas, hier ou aujourd’hui. Je ne sais pas. J’imagine qu’elle sait très peu de choses sur ce qui s’est passé. Elle ne pourra pas assister à son enterrement, ni être auprès de sa famille dans ce moment douloureux. Je ne découvre pas aujourd’hui les horreurs de la guerre et des régimes autoritaires mais je n’ai pas envie d’oublier ce que je ressens ce soir. Je ne peux rien faire pour Siham, ni pour les Syriens, mais je n’ai pas envie d’ignorer ce qui se passe. Demain la vie reprendra son cours, mais ce soir j’ai le coeur lourd.

10 réflexions au sujet de « Expats et expatriés »

  1. Je comprends ta tristesse. La fréquentation de personnes qui vivent ces drames terribles, nous re-situent dans le monde, et nous obligent à mettre nos petites misères d’Européens privilégiés en perspective de ces déchirements abominables.
    Je t’embrasse,
    B.

  2. J’aime beaucoup ton billet, tu as bien fait de l’écrire. Justement l’autre jour moi aussi je pensais à ces personnes qui ont quitté leur pays à cause de la guerre ou de la situation politique chez eux. Une expérience bien différente de la nôtre…

  3. oui, les « voyageurs » que nous croisons ont parfois des vies bien différentes, et nos blogs sont souvent le reflet de nos vies confortables, mais néanmoins ouvertes vers les autres.
    J’avais adoré le film Welcome.
    Merci pour ce post,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s